Actus de la coopération

Le 22 mars : Journée mondiale de l’eau !

AddThis Social Bookmark Button

Engagez-vous pour l'eau !

 

Interview de Louis CORREA, Conseiller Municipal à la Vie associative et aux jumelages, Ville de La Seyne-sur-Mer, Membre de Territoires Solidaires

CORREA ITV2

Votre municipalité a mené son premier projet dans le cadre de la loi Oudin-Santini en 2012, quel est le bilan ?

Le Conseil municipal a délibéré sur le 1% solidaire eau et assainissement en 2010. En 2012, pour notre première expérience, nous avons choisi de nous associer à Action Contre la Faim pour réhabiliter les infrastructures eau et assainissement de deux centres de santé et cinq écoles dans la Province de Nusa Tenggara Timur sur l'Ile du Timor en Indonésie.

ACF a joué un rôle moteur car l'ONG était implantée sur place et très familière de ce type de projet. Nous avons donc appris énormément et pris conscience des moyens à mettre en œuvre au sein de la municipalité pour pouvoir mener à bien des projets de coopération et envisager des initiatives de plus grande envergure. Nous avons d'ailleurs créé en 2015 une cellule « eau » dotée de deux personnes pour la gestion de futurs projets.

 

Avez-vous déjà identifié des projets ?

Oui, la Municipalité vient juste de délibérer sur un nouveau projet « eau et assainissement ». Nous allons appuyer financièrement l'ONG Solidarités International et l'Établissement public des Eaux du Liban Nord pour la construction d'un réseau d'eau potable dans la municipalité d'Aamaret-el-Bikat (district d'Akkar) au Nord Liban.

Ce projet vise à fournir en qualité et quantité de l'eau potable aux populations libanaises et syriennes réfugiées jusqu'ici alimentées par camions et à appuyer la gouvernance de l'eau localement via le renforcement des capacités de l'établissement public et la création d'un comité municipal de l'eau.
Ce projet de solidarité doit également permettre d'ouvrir le débat dans notre ville sur les enjeux locaux de l'eau et d'encourager la réflexion et l'action pour changer nos comportements par rapport à cette ressource vitale, fragile et menacée.

 

Interview de Loïc FAUCHON, Président Directeur Général, Groupe des Eaux de Marseille, Membre de Territoires Solidaires

LF13 V2SOLIDARITE INTERNATIONALE : Des lois « Oudin » partout et pour tous !

23 Décembre 2016. Il est 7 heures du matin et le soleil darde déjà ses rayons sur nos têtes. Nous sommes à Koussanar, petite bourgade d'une dizaine de milliers de « feux », non loin de Tambacounda à l'Est du Sénégal, sur la route du Mali et de la Guinée. Une meute de gamins joueurs observe à distance l'avancée rapide de tranchées destinées à recevoir les canalisations de 100 mm. Tout près, le squelette d'un nouveau château d'eau monte vers le ciel, comme une fusée sur son pas de tir.

Avec nous, un ingénieur de la Société des Eaux de Marseille et moi-même, l'équipe d'ICD Afrique, tous sénégalais, excellents spécialistes d'hydraulique urbaine et rurale, échangent avec les contremaîtres de l'entreprise en charge de cette adduction.
On parle de linéaire, de profondeur, de branchements, de mise en eau, de qualité de la ressource issue d'un forage aux performances prometteuses. Discussions chaleureuses mais très professionnelles. Compétence et rigueur.

Cette scène, qui aujourd'hui se répète aux quatre coins du continent africain, est l'expression concrète de ce grand mouvement de solidarité internationale.

L'eau, l'assainissement, l'électricité parfois, bénéficient des effets de la fameuse loi « Oudin-Santini » qui permet aux collectivités locales organisatrices du service de l'eau, et aux agences de l'eau de consacrer jusqu'à 1 % du produit du service à des actions en faveur de l'accès à l'eau.

C'est depuis une quinzaine d'années, une avancée considérable sur la route du développement.

Certains diront c'est trop peu, et ils auront raison. D'autres, apôtres infatigables de l'accès à l'eau pour tous, considèrent que ce premier pas est la démonstration que l'on peut aller plus loin et plus large.

Plus loin, parce que 80 % des collectivités françaises n'utilisent pas encore le dispositif de la loi Oudin et qu'il y a là un gisement financier de plusieurs dizaines de milliers d'euros avec un effet multiplicateur de 3 à 4. Une intense campagne de promotion et d'incitation est plus que jamais nécessaire à travers la France.

Plus large parce que cet effort ne doit pas se limiter à l'eau et à l'assainissement. Des lois du même type doivent être votées et appliquées pour l'électrification, les transports, l'éducation, la santé, l'alimentation. Parce que le développement du genre humain est un tout et pas une addition d'actes séparés et parfois antagonistes.

Voilà pourquoi avec le Conseil Mondial de l'Eau, et avec des ONG de terrain, nous poussons l'émergence d'une « Five Fingers Alliance » : eau, électricité, alimentation, santé, éducation, pour que l'action contre la pauvreté soit traitée globalement, avec une efficacité soutenue et inscrite dans le long cours.

  

Interview de Annie GIBERT, Présidente de l'association Entraide Mali, Membre de Territoires Solidaires

Annie GibertEntraide Mali a déposé un dossier pour le Fonds Solidarité Eau mis en place par la Métropole Aix-Marseille Provence, comment avez-vous connu ce dispositif ?

Entraide Mali est une petite association de solidarité internationale qui appuie depuis 2006 le développement de la commune rurale Yallankoro Soloba au Mali. Nous travaillons aux côtés des 12 500 villageois de cette commune rurale difficile d'accès principalement dans les domaines de la santé et de l'éducation. Et l'eau est un élément central de la santé. Nous avons eu connaissance de cette possibilité de financement au cours d'une rencontre organisée par Territoires Solidaires dont nous sommes depuis 2016.

  

 

Qu'en attendez-vous ?

Nous avons un projet de distribution d'eau par bornes fontaines ou Adduction d'Eau Potable Sommaire (AEPS) qui concernera à terme les 8 villages de la commune de Yallankoro Soloba.
Nous procédons village par village, car le coût de l'ensemble de ces réalisations est considérable et nous avons des moyens limités. Avec l'appui du Conseil Général de Vaucluse et du Syndicat des Eaux Rhône Aygue Ouvèze, nous avons déjà réalisé une AEPS dans un premier village et accéder au Fonds Solidarité Eau nous permettrait de prolonger l'action et réaliser une adduction dans un second village.

 

L'eau et l'assainissement une préoccupation mondiale au cœur des prérogatives des collectivités locales

L'eau est une ressource vitale, rare et inégalement répartie dans le monde. L'accès à une eau en quantité et qualité suffisantes est encore loin d'être garanti pour une proportion encore trop importante des populations. En bout de cycle, plus de 80% des eaux usées résultant des activités humaines sont déversées dans les rivières ou la mer sans aucune dépollution (source : UN-Water).

Dans les décennies à venir du fait de l'urbanisation, la plus grande part de la demande en eau viendra des villes. Cela nécessitera donc de nouvelles approches pour économiser, mieux distribuer, répartir et mieux restituer cette ressource, ce d'autant plus que le changement climatique impacte déjà les cycles de l'eau. Ces questions sont au cœur des missions des collectivités locales dans une grande majorité des pays.

Le rôle des collectivités locales et de leurs groupements sera majeur pour faire évoluer les pratiques et gagner en efficacité ici et ailleurs.

 

Sur ces questions, l'apport de la coopération internationale est primordial : sensibilisation, transfert de compétences, échange de pratiques et appui aux investissements sont autant de domaines d'actions.

 

Que font les collectivités françaises en matière de coopération dans les domaines de l'eau et de l'assainissement ?

En 2015, ce sont 27,1 millions d'euros qui ont été engagés sur des projets de coopération et de solidarité en matière d'eau et d'assainissement par les collectivités, les Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) et les agences de l'eau.
Cela représente plus de 200 collectivités locales, syndicats d'eau et d'assainissement, EPCI et agences de l'eau (source : Bilan 2015, Action extérieure des collectivités territoriales et des agences de bassin).

 

Ces fonds ont été mobilisés à 85% via le dispositif du 1% solidaire pour l'eau, en application de la loi Oudin-Santini, qui permet de consacrer jusqu'à 1% des recettes des services d'eau et d'assainissement à des projets de coopération et de solidarité internationale dans le domaine. L'engagement financier des collectivités permet un effet levier en donnant accès à des co-financements et notamment à ceux des agences de l'eau.

 

 

pseauLes élus de l'eau, les meilleurs ambassadeurs de la cause !!

Qui mieux qu'un élu local pour sensibiliser ses pairs aux enjeux et intérêts d'engager une collectivité dans des projets de solidarité eau et assainissement et les convaincre de l'intérêt d'adopter le 1% solidaire pour l'eau ?

Engagez-vous aux côtés de pS-Eau, devenez élu(e) de l'eau en signant la Charte des élus de l'eau et participez à la sauvegarde et au partage équitable de cette ressource.

 Devenez un Elu de l'eau !

 

 

 

AERMC2L'Agence de l'Eau Rhône Méditerranée Corse (AERMC) nouveau partenaire des Réseaux Régionaux Multi-Acteurs du bassin : CERCOOP, MIDI PYRENEES COOPDEV', RESACOOP et TERRITOIRES SOLIDAIRES ...

Territoires solidaires et les 3 autres réseaux régionaux multi-acteurs couvrant l'aire géographique de l'AERMC ont signé avec cette dernière et pS-Eau un partenariat 2017-2018 avec pour objectifs :

  • Accroître la mobilisation et l'engagement des collectivités du bassin Rhône Méditerranée en faveur de la solidarité internationale dans les domaines de l'eau et de l'assainissement.
  • Informer les Associations de solidarité internationale et les Organisations Non Gouvernementales des dispositifs d'aides de l'Agence de l'eau.
  • Accompagner les acteurs de la coopération du bassin Rhône Méditerranée afin d'améliorer la qualité des projets dans le domaine de l'eau et l'assainissement.
  • Promouvoir et faciliter les échanges d'information et d'expériences entre les acteurs de coopération du bassin Rhône Méditerranée.

L'ambition de ce partenariat est d'améliorer l'accès à l'eau potable et à l'assainissement dans les pays en développement ciblés par l'Agence, par le financement de projets de coopération et de solidarité portés par les acteurs du bassin Rhône Méditerranée.

 

Territoires Solidaires est votre interlocuteur pour en savoir plus sur les dispositifs d'appui aux projets eau et assainissement !

 

Et acteur majeur du territoire et de la coopération

L'Agence de l'eau intervient dans trois grands domaines :

  • la lutte contre la pollution
  • la préservation et la gestion de la ressource en eau
  • le soutien à la connaissance et à la coopération des acteurs de l'eau

A l'international, l'agence mène des actions de coopération dans les domaines de l'alimentation en eau, l'assainissement, la lutte contre la pollution ou la préservation des ressources en eau.

Elle intervient de deux manières complémentaires :

  • le soutien financier de projets de solidarité internationale (coopération décentralisée) portés par des maîtres d'ouvrage publics ou privés des bassins Rhône-Méditerranée et Corse, ou des associations françaises,
  • l'apport d'expertise via des coopérations institutionnelles ou techniques.

Pour les collectivités territoriales et autres maîtres d'ouvrage des bassins, l'appui financier peut atteindre 80% pour des études et 50% pour des travaux et mesures d'accompagnement du montant du projet.

Voir la plaquette des aides financières de l'agence de l'eau RMC pour la coopération internationale

 

 

CycleEauLes eaux usées, le thème de la Journée mondiale 2017

L'eau, ressource précieuse et vitale, doit être correctement gérée tout au long du cycle de son utilisation. Avec la croissance de la population et de l'urbanisation et le développement économique, les questions liées aux eaux usées sont de plus en plus importantes : les quantités en cause et les effets de leurs pollutions augmentent fortement.

A condition de bien les employer et de les considérer comme une ressource plutôt que comme une perte, les eaux usées représentent un énorme potentiel en eau, en énergie, en nutriments et autres matériaux valorisables. Ce potentiel peut être révélé via la mise en place ou l'amélioration du retraitement des eaux usées urbaines, le réemploi des eaux industrielles ou encore le recours aux eaux non conventionnelles dans le secteur agricole.

 

ODD6Que disent les Objectifs de Développement Durable – ODD sur les eaux usées ?

Cible 6.3 Améliorer la qualité de l'eau en réduisant la pollution, en éliminant l'immersion de déchets et en réduisant au minimum les émissions de produits chimiques et de matières dangereuses, en diminuant de moitié la proportion d'eaux usées non traitées et en augmentant considérablement à l'échelle mondiale le recyclage et la réutilisation sans danger de l'eau.

Cible 6.a Développer la coopération internationale et l'appui au renforcement des capacités des pays en développement en ce qui concerne les activités et programmes relatifs à l'eau et à l'assainissement, y compris la collecte de l'eau, la désalinisation, l'utilisation rationnelle de l'eau, le traitement des eaux usées, le recyclage et les techniques de réutilisation.

Présentation de l'ODD 6 sur l'eau et l'assainissement

 

Pour plus d'informations, contactez-nous à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou par téléphone au 04 69 66 36 80